You are here
Accueil > ZZZ > Dossiers > Cloud/Saas et le secteur public > Le démonstrateur G-Cloud

Le démonstrateur G-Cloud

Comment le cloud computing va transformer les services IT à destination du secteur public ?

Source: HP Labs 
En période de déficits publics croissants, les économies promises par les offres G-Clouds- c’est-à-dire conçues spécifiquement pour les « gouvernements »- sont séduisantes. Par exemple, les experts du gouvernement britannique estime que déplacer les services IT publics dans le nuage pourrait faire économiser £3,2 milliards à la nation sur un budget IT annuel de £25,5 milliards.

Les G-Clouds devraient également apporter de nouveaux et de meilleurs services aux Etats. Mais nous n’en sommes qu’au début du développement et le concept reste encore mystérieux pour beaucoup d’agents publics.

La sécurité des G-Clouds

Un des obstacles majeurs à l’adoption du Cloud Computing a été la peur de déplacer des données sensibles dans le nuage : c’est bien sûr également un frein pour les services publics comme la Santé, la Justice ou la Défense, qui ont besoin de services de stockage d’informations personnelles et confidentielles. C’est pourquoi les Etats préfèrent créer leur propre réseau cloud plutôt que faire tourner leurs services sur des public clouds.

« Dans notre démonstrateur G-Cloud », explique John Manley, directeur du HP Labs, « nous simulons une attaque du réseau G-Cloud pour que vous puissiez voir comment une attaque survient et comment G-Cloud se protège et détruit la menace».

Pour réaliser leur potentiel, les réseaux cloud séparent nécessairement les fournisseurs de service des fournisseurs des infrastructure logicielles et hardware qui gèrent ces services. Qui, dans ce cas, prend en charge la sécurité de l’ensemble ?

Une solution est d’utiliser la virtualisation. En faisant tourner les systèmes virtuels au dessus des infrastructures physiques, les réseaux cloud peuvent dynamiquement répartir la charge de travail entre les ressources physiques disponibles. De la même manière, vous pouvez créer des machines virtuelles pour surveiller d’autres machines virtuelles : en phase d’attaque, le système G-Cloud déploie dynamiquement plus de ressources pour la contrer puis les rend disponibles pour d’autres travaux quand l’attaque est finie.

Un unique cloud public/privé

Avec un tel niveau de sécurité, les G-Clouds vont certainement fleurir. Puis, dans un deuxième temps, les états vont finalement vouloir les connecter avec les réseaux public cloud pour pouvoir gérer plus facilement les pics de demandes: en période de paiement des impôts par exemple, il sera préférable de gérer le pic en faisant appel occasionnellement à un public cloud qu’en sur-dimensionnant le système G-Cloud. C’est pourquoi la manière dont nous construisons le cloud computing doit être commune aux public et private clouds.

HP et le stack G-Cloud

HP pourrait intervenir à de nombreux niveaux:

– en tant que vendeur de hardware pour les compagnies qui créent des G-Clouds

– ou créateur et vendeur d’infrastructures

– ou fournisseur de services pour les fournisseurs de services G-Clouds

– ou même fournisseur de services G-Clouds 

La Lettre du Cloud
La base de connaissance sur le Cloud --- La Lettre du Cloud est une publication de l’association EuroCloud France. Pour en savoir plus : www.eurocloud.fr. Suivez-nous sur les réseaux sociaux Twitter et Google+.
https://plus.google.com/106701773467548392168

Articles similaires

Haut de page