You are here
Accueil > Observatoire > Analyses > Table ronde des analystes : le vrai CA du cloud

Table ronde des analystes : le vrai CA du cloud

Animée par Henry-Michel Rozenblum, délégué général d’EuroCloud France, cette table ronde réunissait Stéphanie Ortega, associée chez KPMG, département technologie, media & télécommunications, Olivier Rafal, senior consultant chez Pierre Audoin Consultants et Sylvie Chauvin, présidente de Markess International.


C’est Sylvie Chauvin qui a ouvert le bal en présentant son traditionnel « baromètre des prestataires du cloud computing », dont c’était la 8ème édition. L’étude a porté sur 130 prestataires, interrogés entre fin mars et avril 2014. Elle confirme que le marché français du cloud computing s’évalue à 4 100 M€ en 2014 (contre 2 200 M€ en 2012). En revanche, si la demande en cloud computing est toujours en croissance et devrait demeurer à deux chiffres d’ici 2016, on constate une légère contraction dans les grandes entreprises, les TPE et le secteur public. Cette baisse n’est pas considérable : on passerait de 44 % à 29 %. De la même façon, Markess constate un nombre d’entreprises clientes de solutions de cloud computing et un carnet de commandes en hausse modérée d’ici fin 2014, alors qu’il le qualifiait de « soutenue » en 2013.

Pour Olivier Rafal, « le marché du cloud en France devrait se situer pas très loin de 5 milliards d’ici la fin de l’année« . Une estimation plus forte que celle de Markess, donc. « À eux tout seuls les États-Unis génèrent plus de 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires uniquement en cloud privé« , ajoute-t-il. Concernant la croissance, tant Olivier Rafal que Stéphanie Ortega confirment que la croissance du marché va rester à deux chiffres. « Il reste beaucoup de choses à faire encore en termes d’accompagnement et de simplification« , commente Olivier Rafal. Pour Sylvie Chauvin, « s’il y a contraction de la demande, il y aura aussi compétitivité accrue, ce qui est une bonne nouvelle pour les clients, et peut être aussi concentration des acteurs. »

Les intervenants à la table ronde des analystes
Les intervenants à la table ronde des analystes

« Les estimations varient car le périmètre est différent« , se justifie Sylvie Chauvin. « Une partie de la facturation d’acteurs comme Salesforce, par exemple, ne se fait pas en France et tout dépend si on inclut ou pas cette fraction dans l’étude« . S’agissant de cet acteur en particulier, qui vient encore d’annoncer une croissance arrogante alors qu’il continue à générer des pertes, Olivier Rafal explique la logique par de gros investissements en amont pour se créer un marché. « C’est ce que nous n’arrivons pas à faire en France avec nos start-up« . Stéphanie Ortega ajoute : « Salesforce a une croissance pérenne et continue. Et c’est ce qui compte sur ce marché. On ne peut pas en même temps augmenter la rentabilité : le marché du cloud reste tiré par les États-Unis, où l’on valorise les entreprises par le chiffre d’affaires« .

S’agissant du poids du SaaS dans le chiffre d’affaires global des éditeurs, les trois analystes présents s’accordent sur un chiffre tournant autour de 10 %, que ce soit en France ou dans le monde. « C’est donc un chiffre qui reste modeste, mais il tend à croître« , commente Stéphanie Ortega.

Benoît Herr
Journaliste spécialisé dans les NTIC depuis plus de 20 ans --- Benoît Herr est intervenu sur de nombreux supports de presse informatique professionnelle, dont Le Monde Informatique, Solutions IT & Logiciels ou encore CXP Infos. Actuellement directeur de la rédaction du site magazine erp-infos.com, il est aussi le rédacteur en chef de La Lettre du Cloud. Animateur et organisateur de conférences et débats, il intervient aussi en conseil en communication auprès des entreprises du secteur.

Articles similaires

Haut de page