You are here
Accueil > Actualités > Le marché français du cloud à près de 5 milliards d’euros

Le marché français du cloud à près de 5 milliards d’euros

À l’occasion des états généraux du cloud computing, Sylvie Chauvin, présidente du cabinet d’analyse Markess, a dévoilé les résultats de son 9ème baromètre annuel des prestataires du cloud.

L’enquête 2015, menée en juin 2015 auprès de 130 prestataires, a permis à Markess d’évaluer que le chiffre d’affaire du cloud computing en France devrait passer de 4,1 milliards d’euros en 2014 à 4,9 milliards d’euros en 2015. En se référant au volume global du marché des logiciels et services IT, anticipé à 50,4 milliards d’euros pour 2015 par Syntec, la part du cloud computing devrait donc s’élever à 9,7 % en 2015, contre 6,7 % en 2013 et 8,3 % en 2014.

Les applications et les services à valeur ajoutée en pointe

Ce marché en forte croissance est toujours tiré par le SaaS et les services associés, dont la part de marché est mesurée à 60 % par Markess. La part des services d’accompagnement grandit à hauteur de 45 % du volume global du marché : « l conseil à la définition des besoins fonctionnels et techniques, à la migration, à l’accompagnement au changement, au respect des règles sécuritaires et juridiques, joue un rôle de plus en plus crucial dans les projets. Les services à valeur ajoutée (paramétrage, intégration, services managés, services d’exploitation d’environnements hébergés dans des cloud) comptent aussi pour une part non négligeable du marché », selon les conclusions de l’étude.

Pour Emmanuelle Olivié-Paul, directrice associée de Markess, « le marché est encore tiré principalement par les grandes entreprises et les ETI, avec des projets de plus en plus structurants et critiques. Les PME sont encore un peu en retrait ». Concernant la tendance attendue dans les 6 prochains mois, 35 % des répondants anticipent une forte hausse, 57 % une hausse modérée et 8 % une stagnation. Pour ce qui est de la valeur des contrats, 72 % des répondants attendent une hausse forte à modérée (contre 66 % en 2014) : « les éditeurs essaient de se déployer davantage chez leurs clients existants », a interprété Emmanuelle Olivié-Paul.

Le Top 5 des actions conduites par les prestataires pour soutenir l’activité d’ici la fin 2015 est, dans l’ordre, le développement de services à valeur ajoutée (61 % des réponses), le partenariat avec des prescripteurs (58 %), la verticalisation des offres (45 %), la mise à disposition d’API et/ou de services Web (42 %) et enfin le développement d’offres de cloud hybride (41 %).

Hervé Baconnet
Journaliste indépendant --- Médias radio et télédiffusés, enseignant formateur indépendant.
https://plus.google.com/116284891432963700151

Articles similaires

Haut de page