You are here
Accueil > Dossiers > ERP dans le cloud 2016 > Cegid, usine à cloud

Cegid, usine à cloud

Le premier éditeur de solutions de gestion en France poursuit sa stratégie : le cloud demeure son vecteur de croissance le plus important.

Chiffre d’affaires global en hausse de 5,8 %, à 282,1 M€, Excédent Brut d’Exploitation (EBE) en hausse de 6,8 % à 76,8 M€, soit 27,2 % du chiffre d’affaires, chiffre d’affaires SaaS à 62,8 M€, en hausse de 31,8 %, Résultat Opérationnel Courant (ROC) à 39,1 M€, en hausse de 11,6 % et résultat net à 23,2 M€, en hausse de 4,8 %, Jean-Michel Aulas, président, et Patrick Bertrand, directeur général, avaient de quoi être satisfaits à l’occasion de la conférence de presse d’hier matin. Ils signaient là leur troisième année consécutive de croissance des résultats du groupe Cegid.

Pour Patrick Bertrand, au-delà de ces résultats purement financiers, le nerf de la guerre, c’est ce qu’il appelle le « stock », c’est-à-dire la valeur des contrats SaaS signés, mais qui n’ont pas encore généré de chiffre d’affaires : au 1er janvier 2016, elle était de près de 196 M€ (contre 116 M€ au 1er janvier 2015, soit une hausse de 68 % à périmètre courant par rapport et de 29 % à périmètre constant). Pour Jean-Michel Aulas, « Cegid arrive à la maturité du modèle et est passée de celui de développeur de logiciels à celui d’usine à cloud ».

Sur les 400 000 utilisateurs des solutions Cegid, 150 000 le sont désormais en SaaS, soit le double de 2012. « Le SaaS est le driver du marché », affirme Patrick Bertrand. « Notre croissance dans le cloud dépasse les prévisions des analystes ».

En 2015, Cegid a effectué un certain nombre d’opérations de croissance : dans le domaine des ressources humaines, l’éditeur a acquis 100 % du capital de Technomedia et conclu un accord de partenariat avec Novigotech, une start-up qui édite un portail pour la gestion quotidienne des ressources humaines des TPE/PME en mode collaboratif avec la profession comptable.

Dans le domaine de la fiscalité, ce fut l’acquisition de la société Altaven, éditeur d’une plateforme de solutions de gestion fiscale à destination des grandes entreprises et des groupes et dans celui de la distribution, après JDS Solutions Corporation aux États-Unis, Cegid a acquis 100 % du capital de la société Magelia, éditeur d’une plate-forme de e-commerce B2C et de multi-boutiques en mode SaaS. En 2016, cette stratégie de croissance externe devrait se poursuivre.

Sur le SaaS et le cloud, les deux dirigeants ont chacun rajouté un mot de conclusion. Pour Patrick Bertrand, « le SaaS ne représentera jamais 100 % de l’activité et le mode on-premise va continuer à faire partie du paysage. Mais aujourd’hui, celui qui reste en mode licence on-premise est mort à terme ». Quant à Jean-Michel Aulas, il estime que « dans notre activité, les cycles sont longs, de l’ordre de 10 ans. Et dans 10 ans, le modèle va s’inverser ».

Benoît Herr
Journaliste spécialisé dans les NTIC depuis plus de 20 ans --- Benoît Herr est intervenu sur de nombreux supports de presse informatique professionnelle, dont Le Monde Informatique, Solutions IT & Logiciels ou encore CXP Infos. Actuellement directeur de la rédaction du site magazine erp-infos.com, il est aussi le rédacteur en chef de La Lettre du Cloud. Animateur et organisateur de conférences et débats, il intervient aussi en conseil en communication auprès des entreprises du secteur.

Articles similaires

Haut de page