Helix Nebula – the Science Cloud -Scientifiques et grandes entreprises lance le marché européen du cloud computing

Communiqué de Presse

Paris/Genève – 1er mars 2012 – Un consortium de dix-huit entreprises annonce aujourd’hui un partenariat visant à lancer une plateforme européenne de cloud computing. Le but est de soutenir la recherche scientifique européenne en répondant à ses attentes tAout comme celles des organisations gouvernementales et des entreprises. Le premier objectif de ce partenariat est double : accélérer la recherche sur le boson de Higgs, l’analyse génomique en recherche biomédicale, et l’étude des catastrophes naturelles ; tout en lançant le cloud computing en Europe.


Les plus grands noms du secteur des technologies de l’information et de la communication se sont associés pour offrir une gamme de services basés sur des standards ouverts et répondre aux problématiques de confidentialité des données en Europe, à grande échelle. 

En cherchant à comprendre comment le cloud computing peut aider à relever les plus grands défis des entreprises, l’infrastructure informatique scientifique européenne basée sur le cloud ouvrira la voie pour que les établissements publics bénéficient des mêmes services cloud que les entreprises.

Cette initiative s’appelle « Helix Nebula – the Science Cloud », comme la grande nébuleuse planétaire parfois appelée l’ « Œil de Dieu ».  Son but est d’enflammer le marché européen du cloud computing comme le prévoit un plan stratégique dont le déploiement a débuté en janvier 2012.

« Helix Nebula – the Science Cloud » crée un partenariat paneuropéen entre le monde académique et l’industrie, encourageant l’innovation pour la science et ouvrant de nouveaux marchés.

Pour commencer, trois cas d’utilisation phares sont en cours d’élaboration afin de montrer l’impact d’ « Helix Nebula » – the Science cloud sur la science, nécessitant d’énormes volumes de données et ressources informatiques pour l’expérimentation et les tests, tout en réduisant l’infrastructure cloud.

Premièrement, le CERN, l’organisation européenne pour la recherche nucléaire, accèdera à plus de puissance informatique de la part de son détecteur ATLAS pour son accélérateur de particules le Grand Collisionneur de Hadrons (LHC).

"La capacité de calcul du CERN a besoin de conserver les données provenant du Grand Collisionneur de Hadrons et nous considérons qu’ « Helix Nebula – the Science Cloud » comme un excellent moyen de travailler avec l'industrie pour relever ce défi», a déclaré Frédéric Hemmer, head of CERN’s IT department.

Deuxièmement, le Laboratoire Européen de Biologie Moléculaire (EMBL) met au point de nouveaux services permettant de simplifier l’analyse de grands génomes, comme ceux des mammifères, pour une meilleure compréhension de l’évolution et de la biodiversité à partir de nombreux organismes.

« La quantité de données de séquences génomiques est vaste et les besoins en infrastructure informatique haute performance et en expertise bio-informatique pour analyser ces données sont un réel challenge pour de nombreux laboratoires. Les travaux de l’EMBL sur l’assemblage total du génome et le pipeline d’annotation, basés sur le cloud, impliquent l’expertise du Genomics Core Facility en Allemagne, de l’Institut Européen de la Bio-informatique et du Laboratoire de Biologie Moléculaire (EMBL-EBI) au Wellcome Trust Genome Campus de Cambridge (UK), et les services informatiques de l’EMBL Heidelberg. Ils vont permettre aux scientifiques de l’EMBL et du monde entier de surmonter les obstacles et d’allouer la bonne infrastructure à la demande, » se réjouit Rupert Lueck, head of IT services de l’EMBL.

Troisièmement, l’Agence Spatiale Européenne (ESA), en partenariat avec le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) en France et l’agence spatiale allemande (DLR)-, collabore avec le Conseil National de la Recherche (CNR) italien pour créer une

Top