Replacer le DSI au cœur de la stratégie de l’entreprise

Joe Baguley, Chief Cloud Technologist de VMWare et Leigh McMullen, Research Director chez Gartner, ont tenu une conférence de presse commune hier à Paris, pour expliquer comment, dans un environnement de cloud computing, le DSI peut générer de la valeur à un niveau plus stratégique et contribuer ainsi à la transformation de l'entreprise.


Le rôle du DSI ne peut plus être seulement de réduire les coûts et d’augmenter la productivité du poste informatique. Nous sommes à l'aube d'un changement complet d'état d'esprit : le DSI, pour assurer la compétitivité de son entreprise, doit pouvoir assumer deux responsabilités: s'assurer que le système informatique reste efficace et opérationnel, tout en devenant un business leader.

Tous les DSI savent gérer l'innovation : le cloud n'est pas la première rupture technologique qui bouleverse le visage des entreprises. Ce sont même parfois les entreprises qui freinent les désirs de nouveauté des DSI. Mais la plupart du temps, le service informatique reste « le service qui dit non » aux demandes trop complexes des business units. Or, la révolution du cloud n'est pas que technologique, il y a aussi une forte évolution des comportements des utilisateurs, qui sont devenus des consommateurs et qui ont pris habitude d'avoir le choix. Si la DSI ne répond pas à leurs envies, ils peuvent aller voir ailleurs que dans l'IT de l'entreprise pour trouver des solutions répondant à leurs besoins. La DSI peut défendre son pré-carré coûte que coûte ou suivre l'évolution de son métier vers la gestion des solutions IT internes et externes à l'entreprise.

Selon Joe Baguley, de VMware, « les DSI les plus en avance n'ont plus la virtualisation dans leur agenda car ils l'ont déjà réalisée entièrement. La prochaine étape est d'automatiser leur propre service informatique car finalement, ils ont automatisé tout le reste de leur entreprise, sauf eux-même. C'est la mission de VMware : aider à tout automatiser, de l’infrastructure aux applications, dans un cloud privé ou public. »

Nous sommes encore au tout début de ce processus : le service IT est encore perçu comme inférieur aux autres services et le DSI est rarement présent dans les comités de direction. Or il peut être force de proposition pour mettre en place de nouvelles solutions pour, par exemple, mieux servir le client. La DSI doit devenir le service qui dit : «  Oui, réfléchissons ensemble à comment nous allons le faire » ou même devenir une source d'amélioration du business.

Ce qui est nouveau, pour Leigh McMullen de Gartner, « c'est qu'il est devenu impératif de suivre cette évolution. Avant le prix de l'échec était très haut. Aujourd'hui, les DSI peuvent et doivent prendre le risque de l'échec, dont le coût a formidablement réduit, avec le paiement à l’usage et les solutions sans investissement matériel. En 10 semaines, il est possible aujourd’hui de redessiner des processus business entiers en assemblant les bonnes briques à la demande. C'est le temps qu'il fallait avant pour décider du nom d'un projet ».

Hervé Baconnet

 

Top