Expansion des investissements dans le cloud computing

VMware, Inc. publie les résultats d’une étude sur les niveaux mondiaux d’adoption des technologies cloud réalisée auprès de décideurs informatiques seniors.

Les entreprises européennes dépenseront cette année le tiers de leurs budgets informatiques sur le cloud computing afin de moderniser leurs infrastructures


Cette étude globale a été conduite par VMware en février et mars 2012 auprès de 1 128 décideurs informatiques d’entreprises dans 12 pays.

L'étude Cloud Computing de VMware anticipe une expansion des investissements dans le cloud computing privé, et dans les solutions d’administration et de sécurité pour soutenir la transformation des systèmes d’information.

Dans l’ensemble de la région EMEA(Europe, Moyen-Orient, Afrique), une majorité d’entreprises considère le cloud computing comme une priorité et plus de la moitié (56 %) comme une priorité critique/supérieure pour les 18 prochains mois.

 L’étude « Cloud Computing », réalisée auprès de décideurs impliqués dans le processus d’achat de solutions de cloud computing dans 7 pays de la région EMEA, démontre en effet qu’ils consacreront 31 % de leurs budgets informatiques au cloud (contre seulement 26 % en 2010) dans une recherche de plus d’agilité, de productivité et d’interconnexion.

Parmi les projets menés dans le cloud, la plupart (54 %) sont déployés sur des clouds privés (59% en France) –  contre 24 % dans des clouds publics et 22 % en environnements hybrides (intégrant à la fois des cloud publics et privés).

La virtualisation demeure une technologie critique pour tous les leaders du cloud computing : ceux qui ont déjà déployé des solutions au niveau d’un département ou d’entreprise sont significativement plus nombreux à considérer la virtualisation comme une technologie essentielle d’« activation cloud » (81 % contre 68 % dans le reste de la population).

Les entreprises de la région EMEA restent en retrait par rapport à la moyenne mondiale de quelque 10 % dans l’adoption de solutions d’administration : gestion des niveaux de service (42 % dans la zone EMEA contre 51 % en moyenne mondiale), gestion financière et la visibilité des coûts (36 contre 47 %), restauration automatique sur désastre (30 contre 42 %), etc. En outre le contrôle des données et la sécurité restent une préoccupation majeure puisque 52 % des entreprises de la région EMEA (contre 53% en France) considèrent les risques de sécurité comme l’inhibiteur principal de l’adoption de solutions de cloud computing. 

Top