Une croissance de 12% pour les 100 premiers éditeurs français

Par Sandrine Tournigand

PwC vient de publier l’édition 2012 de son classement des 100 premiers éditeurs de logiciels réalisé en partenariat avec Pierre Audoin Consultants et l’AFDEL (Association française des éditeurs de logiciels et Solutions Internet). Dans leur ensemble, les membres du classement enregistrent 12% de croissance sur l'année, dopés notamment par l'essor du SaaS.


Avec 12% de croissance au niveau des ses cent principaux acteurs en 2011, le logiciel français peut se féliciter d'avoir largement dépassé les performances générales du marché. Si le dynamisme du secteur ne fait guère de doute, le classement 2012 des 100 principaux éditeurs de logiciels français réalisé par PwC pour l'AFDEL témoigne toutefois de quelques disparités. « Cette croissance est loin d'être homogène, sept sociétés se glorifiant d'une croissance supérieure à 50 % », mentionne Pierre Marty, associé de PwC, spécialiste du secteur du logiciel. Criteo signe la progression la plus importante sur un an, avec une hausse de 268% de ses revenus. Suivent Talentsoft, Talend, Masternaut, eMailVision, Kyriba, Neolane, Keynectis, eFront et Oodrive. A contrario, 17 autres ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires.

En étendant le périmètre de l'analyse aux cinq dernières années, l'étude souligne toutefois le dynamisme du secteur : le chiffre d’affaire cumulé a cru de plus de 30% et un tiers des éditeurs ne figuraient pas dans le classement. Enfin parmi ceux déjà présents, un tiers a augmenté son chiffre d’affaire annuel de plus de 50%.

Des éditeurs qui peinent à croître

Pour autant, entre un Dassault Systèmes, qui compte à lui seul pour 34% des recettes dégagées par le top 100 et derrière des entreprises de taille moyenne qui peinent à atteindre une taille critique, le secteur reste éclaté. En effet, selon l’étude, la moitié des entreprises du top 100 réalise un chiffre d'affaire logiciel inférieur ou égal à 16 millions d'euros. En effet, la croissance reste coûteuse en termes de financement et force est de constater qu’aucun éditeur ne s’est introduit à la bourse de Paris depuis 2007. L’explication se trouve vraisemblablement dans la valorisation relativement faible des sociétés déjà cotées. Ainsi, PwC relève que depuis le 1er janvier 2011, la performance boursière des éditeurs est en recul de 20% et que sur les 28 éditeurs cotés du classement, seulement 7 ont connu une hausse de leurs cours.

Le poids du Saas en augmentation

Autre enseignement intéressant de cette édition 2012 : le poids du Saas qui est passé à 8% du chiffre d'affaires logiciel global, contre 5% environ l'année précédente. Ce modèle de revenu dépasse les 350 millions d’euros grâce à une progression de plus de 47% sur la période. Enfin, dans le top 10 des plus fortes croissances, cinq sont des pure players du Saas : Emailvision (marketing), Criteo (ciblage publicitaire), Oodrive (sauvegarde en ligne), Kyriba (gestion de trésorerie à la demande) et TalentSoft (gestion des talents). L’étude montre malgré tout que 40% des éditeurs revendiquent vendre tout ou partie de leurs solutions en Saas : ce qui montre le nombre d’éditeurs engagés dans un modèle hybride.

Etude en téléchargement sur www.pwc.fr/globalsoftware100.html

Top