SAP pousse les start-up à utiliser sa technologie in-memory HANA

Le 6 septembre s'est tenu à Paris-La Défense le "SAP Paris Startup Forum", une journée au cours de laquelle quatorze start-up ont été sélectionnées par SAP parmi les plus de vingt candidats présents pour participer à un programme mondial d'aide et de subvention à l'innovation mettant en œuvre la technologie in-memory HANA.


Les lauréats de SAP Start UP (100 au total dans le monde) bénéficieront d'aides comprenant de la formation, une licence développeur de HANA, utilisable dans le cloud AWS (Amazon Web Services) ce qui permet de s'affranchir de l'acquisition d'un "appliance", et valable un an et du support technologique et marketing de la part de SAP. La dotation est évaluée à 65 000 dollars pour chaque start-up sélectionnée. L'objectif pour SAP est clairement d'élargir le champ des applications de sa technologie in-memory HANA. Et l'éditeur a fait mouche puisque la journée a été l'occasion de constater le haut degré élevé d'inventivité et d'innovation dont pouvaient faire preuve toutes les start-up présentes. Le point commun de tous les projets présentés était d'avoir à manipuler des volumes colossaux de données pour des traitements généralement complexes. Un recours à HANA, la technologie in-memory innovante de SAP, serait donc salutaire pour tous ces projets.

Les qualifiés pour l'étape suivante du parcours, qui les mènera à SAPPhire Madrid, du 13 au 15 novembre, pour démonter la viabilité de leur projet à une échelle mondiale, cette fois, sont Chef Jérôme, Cliris, Pathoquest, Évolution Énergie, iAdvize, Data Publica, Qunb, We Are Cloud, Imascap, Kxen, AB Tasty, Squareclock, Serious Factory et Trinov.

À noter que la société We Are Cloud, éditrice de BIME Analytics, fait partie des lauréats : même si celle-ci ne "joue pas dans la même cour" que SAP, elle est tout de même directement concurrente de SAP et des produits BusinessObjects dans le domaine de l’informatique décisionnelle. Comme quoi on peut être un géant mondial de l'informatique et rester fair-play.

Benoît Herr

Top