Red Hat dévoile les améliorations de son PaaS

Lors de la conférence Re:Invent d'Amazon Web Services, événement utilisateur d'échange des meilleures pratiques autour de l'IaaS Amazon EC2, Red Hat a présenté les avancées de sa plateforme de développement cloud open source : OpenShift Enterprise, qui concurrence de plus en plus Spring et Cloud Foundry de VMware.


OpenShift Enterprise, disponible depuis mai 2011, est un environnement multi-language, qui supporte Java Enterprise Edition, Ruby, Python, Perl, PHP, Node.js, ou JavaScript pour les serveurs. La plateforme peut être installée dans le centre de données d'une entreprise ou utilisée dans le cloud, cette dernière option étant proposée comme service hébergé dans le cloud Amazon EC2. Red Hat vient donc d'étendre les capacités d'OpenShift, en automatisant le provisionnement et la gestion des nouvelles applications et en facilitant leur déploiement dans un environnement cloud. La plateforme permet en outre aux développeurs et aux opérationnels de travailler en meilleure intelligence.

Les entreprises qui s'appuient sur l'open source doivent jongler avec les mises à jours et les ajouts de composants, afin de garder les différentes pièces compatibles entre elles. « Après avoir travaillé avec les solutions Red Hat comme Red Hat Enterprise Linux et Jboss, les développeurs doivent être en mesure de déployer les applications ainsi créées, dans des environnements compatibles, le plus simplement possible. » indique Adesh Badani, directeur général de l'unité business cloud de Red Hat. Selon lui, « OpenShift Enterprise peut transformer un administrateur Linux en administrateur cloud ».

Red Hat facture OpenShift Enterprise en fonction du nombre de serveurs utilisés, à partir de $5 550 d'abonnement annuel pour deux serveurs. 

Top