Fujitsu, annonce l’acquisition de RunMyProcess

Spécialiste du “Cloud Computing”, la société RunMyProcess, fondée à Paris en 2007 par deux ingénieurs français, Eric Mahé et Matthieu Hug, annonce aujourd'hui l'acquisition de 100% de son capital par le groupe japonais Fujitsu. Pour Fujitsu, leader mondial des technologies de l'information, cette acquisition est une étape clé dans la construction de son offre globale de Cloud Computing. RunMyProcess devient ainsi la référence du groupe Fujitsu pour le développement et l'intégration d’applications d’entreprises “dans le nuage” (iPaaS pour “integration platform as a service”).


Pour Akira Yamaka, Corporate Senior Vice President de Fujitsu Limited, «l'acquisition de RunMyProcess illustre notre volonté de s’engager dans le développement d’une offre “Cloud” globale. Grâce à cette acquisition majeure, Fujitsu étend le leadership technologique de son offre Cloud par des services à haute valeur ajoutée qui intègrent et combinent tous les actifs applicatifs des entreprises.»

En 6 ans, RunMyProcess a construit une offre technologique innovante à vocation globale: chaque mois plus de 400.000 processus métiers et 100.000 applications complexes de 320 entreprises sont exécutés sur sa plate-forme. Ses clients, multinationales ou PME de tous les secteurs industriels, sont originaires de 43 pays (parmi lesquels notamment Ipsen, Trèves, BPCE ou LVMH en France, Ladbrokes en Grande-Bretagne, Roberto Cavalli en Italie, WelchAllyn ou Trump Hotels aux Etats-Unis et Fujitsu au Japon).

Dès sa création RunMyProcess a été soutenue par plusieurs "business angels", rejoints en 2010 par le fond d'investissement XAnge Private Equity. Selon Nicolas Rose directeur associé chez XAnge Private Equity «Cette sortie vient valider notre thèse d’investissement initiale basée sur un management solide et visionnaire, opérant sur un marché du Cloud en très forte croissance. RunMyProcess est représentatif des champions de notre portefeuille et de la qualité de l’écosystème français du logiciel d’entreprise. Cette opération vient également confirmer l’attrait des entreprises françaises de technologies pour des acteurs internationaux ».

Top