La complexité des systèmes d’informations est le principal obstacle à l’adoption du cloud selon NTT

Dans le cycle de maturité des produits selon le Gartner Hype Cycle (cycle de vie des produits-phare – exemple : Tech ou luxe), le cloud est arrivé à la phase d’adolescence (phase de désillusion). D’après l’étude réalisée par NTT auprès de 300 DSI, le cloud a été adopté par souci tactique. Pour aller plus loin, pour intégrer une plus grande partie du système d’informations (comme les ERPs), il faudra avoir des opérateurs capables d’accompagner la migration vers ce nouveau modèle et disposant d’une variété de cloud. 


L' étude menée par NTT Communications révèle en outre que plus de la moitié (58%) des interviewés pensent que cette complexité empêche la mise en œuvre d’une plateforme de cloud computing. A la complexité s’ajoute un facteur aggravant : le maintien en service des plateformes traditionnelles, en moyenne 28% du parc applicatif. Les résultats de l’étude confirment que la question principale que se posent les DSI est :« Comment être sûr que les investissements dans le cloud nous aideront à atteindre nos objectifs Business avec plus d’efficacité ? »

81% des DSI estiment que le frein à l’avènement du cloud provient de la complexité intrinsèque de leurs architectures informatiques en place.

Le cloud est utilisé plus comme une « rustine » tactique sur l’informatique existante, qu’un véritable choix stratégique. Près de deux tiers (65%) des entreprises ont moins de trois applicatifs dans le cloud. Plus des deux tiers (68%) ont eu recours à des applications cloud seulement depuis moins de deux ans

Pourtant, l'enquête a révélé que, dans une forte proportion, les entreprises voient le cloud computing comme un vecteur de transformation de l’entreprise. Quarante pour cent (40%) des interviewés s’accordent à dire que le cloud computing libèrera le potentiel de leur entreprise, et près de la moitié (49%) disent qu’il pourra les aider à pénétrer de nouveaux marchés.

Les DSI reconnaissent que le cloud facilite l'alignement de la stratégie de l’informatique sur le métier de l’entreprise. Cet impératif fondamental reste une préoccupation majeure des responsables informatiques interrogés, à tel point que plus de la moitié (59%) lui accorde la priorité numéro une. Pour 46% des sondés, l’ouverture de l’informatique d’entreprise aux objets électroniques personnels (Bring Your Own Device ou BYOD) et l'accès à distance aux applications d'entreprise favorisent également le cloud.

Top