Le “New style of IT” de HP

Salle comble pour HP France qui présentait ce matin à la presse sa vision d’un « New style of IT ». Celle-ci s’appuie sur plusieurs piliers qui ne surprendront personne, dont le Cloud Computing, les outils de production personnelle,  les technologies à forte croissance (big data, sécurité, mobilité) et son réseau de distributeurs.


Jean-Marc Defaut, grand prête du Cloud Computing s’est attelé à la tâche de décrire en dix minutes ce qu’est et surtout sera l’informatique de demain. Sa matrice est maintenant bien connue et analysée : l’utilisateur à la maison, chouchouté par les éditeurs et naviguant dans un océan d’applications « presque gratuites », s’attend à retrouver sur son lieu de travail un environnement de production informatique comparable, voire identique.

Si la majorité des clients d’HP ont compris qu’ils doivent répondre à cette attente, ils mesurent également l’importance des changements à opérer en interne. Car on ne passe pas aisément d’une organisation bâtie sur de grands projets informatiques à une usine numérique dont les murs seraient mouvants. Si hier, l’entreprise pouvait se donner le temps de « souffler » entre deux montées de version de quelques dizaines d’applications dites « lourdes », elle doit changer de rythme pour supporter l’arrivée quasi quotidienne de nouvelles versions de milliers d’ « apps ».

Le nouvel univers informatique professionnel qui se construit sous nos yeux se compose d’une myriade d’applications hyper spécialisées, super communicantes, fondamentalement sociales, compatibles avec tous les écrans, bon marché,  et évoluant en permanence. Ces qualités viennent s’ajouter aux caractéristiques classiques et toujours valables de « l’ancienne informatique » : sécurité, solidité, fiabilité et réduction des coûts.

Selon HP, le Cloud Computing répond parfaitement à une évolution du marché : la demande non prédictive. Un éditeur développe un nouveau service sans bien mesurer à l’avance le succès qu’il rencontrera. Ce paysage pour le moins flou l’oblige à concevoir des services intelligents, c’est-à-dire des services capables de satisfaire à une demande dont le volume évolue. Un service dit intelligent se doit d’être autonome : il sait automatiquement faire appel à de nouvelles ressources si nécessaires.

 

Bref dans un monde que les observateurs politiques qualifient d’instable, HP nous promet une instabilité informatique permanente, pour le plus grand bénéfice des utilisateurs. HP France compte beaucoup sur son « New style of IT » pour réaliser son objectif de croissance 2017 : croître deux fois plus que son marché potentiel estimé à 30 milliards d’euros

Tagged
Top