Le Big Data, grande opportunité ou grande illusion ? Innovation de rupture ou seulement buzz éphémère sur Internet et dans d’autres média ?

On évoque un nouveau paradigme qui pourrait changer les interactions entre l’utilisateur, les ordinateurs et les autres objets connectés, comme bientôt sa montre, ses lunettes et ses vêtements.


Grace aux algorithmes du Big Data, l’ordinateur fait des découvertes par lui-même, en trouvant des liens statistiques par exploration de milliards de données de structures très différentes, même quand ces données évoluent très vite. Par ses algorithmes, le Big Data trouve les bonnes combinaisons et la bonne manière de faire parler ces données en utilisant aussi des calculs massivement parallèles, puis en visualisant, de façon pertinente, les résultats obtenus. En un mot, le Big Data ne permet pas seulement de chercher une aiguille dans une botte de foin : Il trouve toutes les aiguilles, même celles qui étaient ignorées, et enfouies depuis longtemps, même dans les autres bottes de foin.

L’explosion de l’utilisation des réseaux sociaux, des smartphones et des tablettes, des sondes et des caméras de surveillance, la diminution du coût du stockage et la sophistication de logiciels libres tels qu’Hadoop, MapReduce, Hive permettent d’entrevoir des avancées spectaculaires, en particulier dans le monde de la santé et de la cyberdéfense. Allons-nous ainsi vers un monde meilleur ? Allons-nous perdre la possibilité de dissimuler nos secrets ? En tout cas nous allons vers un monde qui connaîtra des interactions différentes avec le cybermonde, toujours plus présent.

Prédire les épidémies, accélérer les calculs génomiques et en déduire certaines prédispositions aux maladies, faire avancer la connaissance sur l’endocrinologie, voilà un rêve dans le domaine de la santé enfin envisageable. Diminuer le nombre de jours qui s’écoulent entre une attaque persistante avancée (les fameuses, perfides et sulfureuses APT), et le moment où on s’aperçoit qu’on est pillé de la substance numérique de son organisation, voilà un souhait des cyber-défenseurs rendu enfin envisageable.

Top