AWS lance trois nouveaux services

Le géant du cloud frappe une nouvelle fois fort en annonçant une 42ème baisse de certains de ses tarifs et en lançant trois nouveaux services, dont le traitement en quasi-temps réel de données Big Data.


Amazon Web Services (AWS) vient d'annoncer la 42ème baisse de prix de son existence, depuis 2006, relançant en cela la guerre des tarifs que se livrent les géants du cloud. Cette baisse de prix concerne notamment, parmi la trentaine de services proposés, S3, le service de stockage pour Internet, à hauteur de 51 % en moyenne et EC2 (Elastic Compute Cloud) à hauteur de 30 à 38 %. Rappelons que S3, le plus ancien service d'AWS, est très largement utilisé, notamment par Dropbox, par exemple. On attend avec impatience la réponse des Google et autres Microsoft. Dans le même temps, l'entreprise lance également trois nouveaux services, à destination de populations très différentes.

Première nouveauté : AppStream

Disponible au public depuis deux semaines, AppStream est un service à faible latence qui permet de diffuser en continu, à partir du cloud, des applications et des jeux nécessitant une grande quantité de ressources. Il se destine au monde des jeux, bien sûr, mais aussi des media et du divertissement, aux logiciels de simulation ou encore au développement Graphique 3D. Utilisable sur de nombreuses plates-formes (Kindle Fire, Android, iOS, Windows 7, Mac OS) il met à profit des applications écrites spécifiquement pour la plate-forme par ses utilisateurs. L'environnement d'exécution est forcément Windows, puisque la plate-forme AppStream fonctionne sous Windows Server en 64 bits. "Il n'est pas exclu qu'à l'avenir AppStream soit également disponible en environnement Linux, par exemple", commente Stephan Hadinger, senior manager solutions architecture, AWS, "mais il n'y a pour l'instant aucune déclaration dans ce sens", qui estime par ailleurs que cette solution "n'a pas d'équivalent sur le marché".

WorkSpaces

Ce nouveau service concernera un nombre plus important d'entreprises : il s'agit d'un service de fourniture d'espaces de travail de type "ordinateur de bureau" dans le cloud. Là encore, c'est l'environnement Windows qui a été retenu par AWS : basée sur Windows 2008 Server R2, la solution offre une interface de travail approchant celle de Windows 7.

WorkSpaces permet d'accéder à son contenu d'environnement de travail depuis partout et à partir de n'importe quel terminal mobile (les même que pour AppStream). Il se destine aux travailleurs à distance, aux saisonniers, aux étudiants, mais aussi aux développeurs. Le paiement se fait à l'utilisation, sans engagement de durée. Le tarif oscille entre 35 dollars/mois/utilisateur pour la version standard et 75 dollars/mois/utilisateur pour la version Performance Plus, qui inclut notamment les licences de Microsoft Office Professionnel 2010 et Worry-Free Business Security de Trend Micro.

Ce service est encore pour l'heure en version bêta privée, mais déjà disponible au public aux États-Unis.

Kinesis

Avec Kinesis, AWS adresse le monde du Big Data quasi-temps réel. Disponible depuis quelques semaines aux États-Unis, ce service permettant de traiter des données récoltées en continu à une échelle massive le sera bientôt en Europe. L'idée générale est de traiter les flux de données issus d'un nombre quasi-illimité de sources et non pas de traiter par lots des données stockées, ce qui est le cas avec les solutions classiques.

L'outil fonctionne avec la notion de "shard", un shard correspondant à un débit de 1 Mo/sec d'un groupe d'enregistrements de données défini de manière unique. Kinesis agit schématiquement comme un catalyseur entre les données en entrée et les outils de partage, qui sont des applications là encore développées spécifiquement.

Il peut être utilisé pour collecter et analyser des informations financières en temps réel ; c'est le cas pour le NASDAQ, qui met déjà à profit ce service. Autre cas d'usage potentiel : la publicité en ligne. Kinesis permet de générer des rapports et d'analyser les performances des publicités en temps réel. La facturation se fait au débit, à raison de 0,015 dollars par shard, mais aussi au nombre de transactions : 0,028 dollars pour un million de transactions.

AWS s'appuie sur un modèle en self-service d'où la facturation en dollars, mais "nous investissons beaucoup dans notre réseau de partenaires, au nombre de 8000 de par le monde", précise Stephan Hadinger. Parmi les clients français d'AWS, on peut citer l'éditeur de jeux Pretty Simple, Canal+, Lafarge ou encore Schneider Electric.

Benoît Herr

Top