SAP confirme son virage cloud

SAP n’est plus uniquement l’éditeur d’ERP bien connu de par le passé : il s’est très largement diversifié depuis le rachat de Business Objects en 2007 et a négocié son virage cloud depuis ceux de SuccessFactors, Ariba et d’autres acteurs du cloud.


« Nous sommes la bonne voie pour devenir L’ENTREPRISE cloud, propulsée par la technologie HANA, grâce à notre croissance rapide dans le cloud et la large adoption de HANA en tant que plate-forme de gestion en temps réel ». C’est en ces termes que Bill McDermott et Jim Hagemann Snabe, co-CEO de SAP, commentent l’annonce des résultats trimestriels de la firme. Et de poursuivre : « nous proposons l’intégralité de la Business Suite dans le cloud et sommes leaders du marché avec notre suite RH, la solution la plus complète qui soit. Nos clients peuvent gérer tous leurs collaborateurs, produits et services grâce au réseau de gestion le plus étendu du monde, dans le cloud SAP ».

Pourtant, le chiffre d’affaires issu du cloud ne se monte « que » à 1,1 milliard d’euros, à mettre en perspective avec les 16,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires global réalisés en 2013. Financièrement, la firme s’appuie donc encore beaucoup sur ses activités traditionnelles. Mais les activités cloud sont stratégiques et les abonnements aux différentes offres ont connu une croissance de 38 %, en devises constantes, entre les premiers trimestres de 2013 et de 2014. Le nombre total d’abonnés aux applications cloud de SAP dépasse désormais le chiffre vertigineux de 36 millions, le plus important du monde entier, selon SAP. Le Bureau Veritas, par exemple, a choisi les solutions de gestion des ressources humaines dans le cloud de SAP et les installe dans 140 pays pour gérer ses 65000 employés.

En Europe, les pays du sud (France, Italie, Espagne, notamment) ont connu une croissance à trois chiffres de leurs activités cloud au cours de ce trimestre. « Cette croissance est significative et n’est pas un artefact lié à la signature d’un seul gros contrat », précise Franck Cohen, président de SAP pour la région EMEA. « L’engouement pour le cloud est passé des pays nordiques vers ceux du sud de l’Europe ». Au global, les résultats liés au cloud ont crû de 39 % en Europe.

Autre signe de l’importance stratégique du cloud pour le géant allemand, la réorganisation commerciale entreprise en Europe depuis le début de l’année : toutes les ressources cloud ont été réintégrées dans l’organisation générale alors qu’auparavant il s’agissait d’une structure distincte. « Il n’y a donc plus qu’une seule équipe sur le terrain », se satisfait Franck Cohen.

Benoît Herr

Top