e-commerçants, associations ou grandes entreprises : quelles utilisations d’AWS ?

Lors de la version parisienne de l’AWS Summit 2015, trois cas clients, emblématiques des projets AWS (Amazon Web Services), ont été présentés : Venteprivee.com, Les restos du cœur et Veolia.

Vente-privee.com

Le rôle de l’entreprise nouvelle, qui progresse très vite et qui ne s’embarrasse pas d’un système hérité, a été tenu par Vente-privee.com : le chiffre d’affaire de l’entreprise a atteint 1,7 milliard d’euros en 2014 et le site enregistre 3,5 millions de visiteurs chaque matin, avec une forte évolution vers le mobile, qui représente déjà plus de la moitié des connexions, depuis la fin 2014.

Romain Quinat, responsable service projet et architecture, est venu présenter le dernier projet AWS de Vente-privee.com, autour du R7 et du release management : « nous devons faire face à plusieurs mises en production par jour. Nous effectuions auparavant un versioning et un déploiement manuel, chaque crash tournant au cauchemar. Nous n’avions pas la possibilité d’anticiper les besoins de l’entreprise. Nous nous sommes fixé trois objectifs : maîtriser des assemblages applicatifs déployés, uniformiser les procédures et produire un environnement de R7 en moins de 48h ».

La solution choisie s’appuie sur 20 instances EC2 : « nous avons mis en place un package (base de données, environnement, application, mapping) déployé de manière standard. L’ensemble du processus, de la R7 à la production, est réalisé par les développeurs. Grâce à AWS, les machines virtuelles sont disponibles en deux heures et nous disposons alors d’un environnement prêt à être utilisé et à recevoir les données », s’est félicité Romain Quinat. Les futurs projets AWS de Venteprivee.com concernent la production d’environnements de développement sur le même mode que ceux des R7, une meilleure maîtrise des coûts des instances et l’utilisation de Workspace et Workmail pour les plans de continuité d’activité.

Big Data et bénévolat

Les restos du cœur, l’association créée par Coluche, accueille 1 million de personnes chaque année dans 2090 centres, grâce au travail de 67 600 bénévoles, encadrés par 118 associations départementales. Pierre Semet, responsable du service informatique, explique : « nous avions la volonté d’informatiser les centres des restos du cœur tout en prenant en compte des contraintes fortes liées à des ressources financières réduites et des utilisateurs bénévoles, souvent âgés, avec des niveaux techniques hétérogènes et des disponibilités réduites ».

La 1ère étape de ce projet a constitué en la mise en place d’Ulysse, un logiciel de gestion des personnes accueillies basée sur une solution Web CRM : « l’objectif du logiciel est d’inscrire l’intégralité du million de personnes accueillies, de traiter l’ensemble des actions d’aide à la personne dans un système centralisé et de fournir des données quantitatives et qualitatives sur les aides apportées ».

Le choix des restos du cœur s’est porté sur la solution Web AWS, accessible depuis n’importe quel périphérique connecté, simple à mettre en place avec une console d’administration distante, une formation rapide d’une demi-journée, des délais courts avec le premier serveur opérationnel en un jour et une mise à disposition instantanée des équipements. « AWS nous permet de réaliser notre déploiement progressivement dans les 2 000 centres, avec une équipe technique limitée, des coûts progressifs et réels, sans engagement de durée. Nous allons déménager notre siège dans un mois : nous n’avons absolument pas à nous soucier de la continuité de la solution ».

Ce projet semble avoir eu un impact sur la stratégie IT des restos : « nous ne voyons plus les choses de la même manière depuis que nous avons commencé à travailler avec AWS. Nous avons la volonté d’intégrer sur AWS l’ensemble des outils existants, les prochaines étapes étant la fin du déploiement d’Ulysse jusqu’en 2016 et la mise en place d’un projet BI au 2ème semestre 2015 ».

IT Hybride au sein d’un grand groupe

Les projets de Veolia illustrent bien la situation des grandes entreprises entamant leur virage vers le cloud tout en faisant coexister AWS et des systèmes hérités. Benito Diaz, directeur des systèmes d’information chez Veolia, explique que son entreprise souhaitait pouvoir répondre plus rapidement aux demandes des collectivités, dans un cadre général de réduction de la durée moyenne des contrats (8 ans aujourd’hui contre 30 ans auparavant). « Nous comptions plus de 100 applications nationales et 350 régionales et souhaitions les rationaliser dans un catalogue de services, harmoniser la production et réduire les investissements en adoptant une consommation à l’usage ».

Une première solution d’aménagement des rythmes de travail, Chronogestor, reposant sur 36 services AWS, a été déployée après 2 mois de travail entre les phases de préparation et le déploiement en production, lequel a été effectué en 3 jours, grâce à AWS Cloud Formation. « Le projet a répondu à notre objectif de zéro Capex. La solution permet désormais une intégration en continu, une adaptation à la charge et une meilleure lisibilité de la consommation des services », se satisfait Benito Diaz.

Le défi de migrer 50 ans d’histoire informatique, auquel fait face Veolia, est encore important : « nous nous appuyons sur une organisation bimodale héritée et cloud agile. Mais, l’expérience de la migration des premières applications a permis de motiver le équipes dans un plan de transformation stratégique pour le futur de l’entreprise et nous avons décidé de nous orienter vers le all-in cloud ».

Top