Voici Skale-5, la nouvelle filiale d’infogérance multi-cloud de Neoxia

Cabinet de conseil en architecture de SI et partenaire certifié AWS, Neoxia a annoncé à l’occasion du AWS Summit 2015 de la semaine dernière le lancement de sa filiale 100 % dédiée à l’infogérance multi-cloud, baptisée Skale-5.

Créé en 2000, Neoxia est présente en France et au Maroc et rassemble près de 80 consultants. Elle a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 6 M€. « Le cloud représente quelque 25 % de l’activité de Neoxia », explique Eric K’Dual, associé Neoxia et désormais CEO de Skale-5. « Cette activité avait besoin d’être plus lisible, y compris en interne, d’où l’externalisation de la Business Unit cloud de Neoxia et la création d’une filiale ».

Un pionnier d’AWS

Dès 2008, Neoxia s’est lancée sur le marché de l’intégration AWS. « Nous avons testé AWS car nous avions besoin d’environnements évolutifs et modulables pour nos clients », commente Eric K’Dual. Mais, entre 2008 et 2011, le marché a évolué et de start-up, auprès desquelles la société avait beaucoup évangélisé, il est passé sur des projets plus critiques à partir de 2012. « La typologie des clients a changé », constate Eric K’Dual. « Nos clients nous demandent aujourd’hui de les aider à migrer sur AWS, pour la mise en place mais aussi pour l’exploitation ultérieure, d’où notre offre d’infogérance multi-cloud, qui permet aux entreprises d’accéder à la puissance des grands acteurs du cloud associée à une infogérance adaptée, moderne et industrialisée ».

C’est ainsi qu’est née Skale-5, qui s’adresse à des clients qui disposent déjà d’un IaaS et qui recherchent un partenaire pour infogérer ces infrastructures. « L’infogérance convient bien à ces entreprises, qui ne cherchent pas forcément à investir », estime notre interlocuteur.

Pour lui, les atouts de Skale-5 sont ses caractéristiques d’infogéreur 100 % IaaS, mais aussi sa souplesse, qui permet de s’adapter à la saisonnalité de l’activité des entreprises, et sa longue expérience d’AWS. « Nous ne faisons que ça : nous avons donc développé des méthodes qui permettent d’aller vite et nous savons proposer de l’infogérance à l’heure », complète Eric K’Dual. Et de citer le pic d’activité extrêmement bref (48 heures) des fleuristes au moment de la Saint Valentin.

Les équipes de Neoxia passées chez Skale-5 vont travailler dans la continuité. On parle là d’une dizaine de personnes filialisées. Mais la proximité avec Neoxia leur permettra de faire appel à des ressources de la maison mère en cas de pic d’activité.

Le principal objectif de la filiale, dans la droite ligne de celui de la BU, est de permettre au plus grand nombre d’entreprises françaises d’adopter le IaaS, que ce soit AWS, Google, Outscale ou Cloudwatt. « Nous travaillons avec Cloudwatt car nous croyons à Openstack. Et comme nous souhaitions travailler avec un acteur français, nous avons retenu Cloudwatt », conclut Eric K’Dual.

Top