Accord dans le domaine des énergies renouvelables

Salesforce annonce un accord pour l’achat de 40 mégawatts d’énergie auprès d’un nouveau projet de parc éolien de Virginie occidentale aux États-Unis, ce qui constitue le premier pas de l’éditeur vers la concrétisation de sa promesse de n’utiliser que des énergies renouvelables.

En marge de la COP21, la société a en signé un contrat d’achat d’énergie virtuel (VPPA) de 12 ans avec un nouveau parc éolien de Virginie occidentale aux Etats-Unis pour l’équivalent de 40 mégawatts (MW). L’énergie générée à terme dans le cadre de cet accord devrait représenter 125 000 mégawatts-heure/an, soit davantage que la consommation électrique de Salesforce au cours de son année fiscale 2015 au niveau de ses datacenters. Le nouveau parc éolien sera opérationnel d’ici décembre 2016 et livrera une énergie propre au réseau électrique local qui alimente actuellement la plupart des datacenters utilisés par l’entreprise.

Salesforce s’est récemment engagée à ne plus émettre de gaz à effet serre d’ici 2050 et à s’alimenter à terme à 100 % par le biais d’énergies renouvelables. L’entreprise met à profit ses effectifs et ses produits afin de réduire son impact et celui de ses clients sur l’environnement. Qu’il s’agisse de ses modes de fourniture ou de l’importance accordée aux énergies renouvelables, Salesforce fait du développement durable un élément intégral de chaque aspect de son activité. Sa plateforme cloud permet d’utiliser un nombre de serveurs réduit avec un maximum d’efficacité. Elle est 98 % plus efficace que les logiciels sur site en matière d’émissions de gaz à effet de serre. En migrant vers le cloud, les clients de Salesforce ont ainsi réduit de plus d’un million de tonnes leurs émissions de carbone au cours de l’exercice 2015.

Salesforce s’est engagée :

  • à ne plus émettre le moindre gaz à effet de serre d’ici 2050 ;
  • à soutenir à terme l’ensemble de ses activités mondiales en tirant parti des énergies renouvelables ;
  • à obtenir davantage de certifications LEED pour ses sites les plus importants et à mettre en place d’autres initiatives innovantes pour la création de bâtiments écologiques ;
  • à mettre ses effectifs, ses technologies et ressources à disposition pour soutenir les organisations environnementales à but non lucratif du monde entier.
Top